In/Somnia  Thierry Simon

Compagnie Les Attentifs

2021

Mise en scène Guillaume Clayssen

Collaboration artistique Claire Marx

Avec Aurelia Arto, Ingrid Estarque, Erwan Ferrier, Ulrich N'toyo, Marie Payen, Olivier Werner

Scénographie et accessoires Suzanne Barbaud

Construction Yohan Chemmoul-Barthelemy

Costumes Séverine Thiébault

Lumière Julien Crépin

Son Samuel Mazzotti

note scénographique

In/somnia : une île, une maison, un livre entrouvert, un rocher battu par les vents ou un foyer pour les rêveurs qui y naufragent…

 

La scénographie d’In/somnia vient questionner la définition-même de cette discipline : proposer un voyage collectif et individuel tout à la fois ; partager un même espace, dans un temps défini, en laissant la place à chacun de projeter son propre vécu … et enfin laisser, toujours, une porte ouverte pour tout le reste.

 

Le dessin vient donc, dans le processus de travail, accompagner les images mentales et les rêves individuels et collectifs de l’équipe artistique de la compagnie, les soutenir, en tâchant de les faire cohabiter. Pour les accueillir au mieux, ne pas oublier de laisser une grande place à la magie inhérente à la fantaisie laissée libre de toute entrave, celle de nos nuits.

 

Premier acte : proposer l’idée d’une île, y tenter les premiers pas. Un havre se dessine dans la nuit. Autour d’une table, en suspension, les premiers voyageurs. Voilà l’île : un périmètre bien ancré, mais qui, à notre vue, flotte, et autour rien. Ou tout le reste.

 

Deuxième acte : les environs. Après le confortable secret des ténèbres, vient la douce lumière de la nuit. Et peu à peu la lumière du foyer se répand, un feu de joie, grand incendie, gomme la nuit de ses flammes.

Le repaire n’est plus clandestin.

 

Troisième acte : et l’aube vient. Le foyer réconfortant du campement consume ses dernières braises. Des randonneurs se réveillent, détournent les yeux du feu de bois pour s’ouvrir à la nature environnante. La nuit est mangée par le jour, mais leur a laissé ce voyage en héritage. Il reste là en filigrane, dans les têtes et dans les mots, mais s’est évaporé. Un campement sur une île, dans sa banale matérialité, mais désormais augmenté de l’expérience d’une excursion collective aux frontières du fantastique.

 

Suzanne Barbaud

Décor pensé et construit à L'Atelier de l'Espace

poste : scénographe, accessoiriste, constructrice